20 ans de ORBUS : L’heure de chanter les mérites de la dématérialisation

Le GIE GAINDE 2000 a célébré les 20 ans du Guichet unique de dématérialisation des formalités du Commerce Extérieur, ORBUS, le mardi 4 juin 2024 à Dakar Radison Blu. L’occasion a été saisie pour partager les résultats de l’expérience, fruit d’une collaboration avec les douanes et tous les acteurs du dédouanement. Un panel a porté sur le thème « Guichet unique : l’enjeu d’une collaboration inter organisationnelle dans la digitalisation ».

Le président de la Communauté des Acteurs Portuaires (CAP-Sénégal), Baba Tall, modérateur de la table-ronde, considère le guichet unique comme une solution innovante permettant de simplifier les démarches portuaires et aéroportuaires. L’alternative garantit, selon lui, l’efficacité et la traçabilité des opérations. Il souhaite une maximisation des bénéfices offertes par le guichet unique.
Pour le secrétaire général du Syndicat des Auxiliaires du Transport au Sénégal (SATS), Amadou Massar Sarr, l’instauration du guichet unique est une nécessité dans tous les ports du monde. D’après lui, tous les acteurs de la chaîne doivent être formés pour leur permettre de bénéficier des avantages.

S’approprier l’innovation

De son côté, le Colonel Elimane Saliou Gningue, douanier à la retraite, assure que le guichet unique sécurise et fluidifie toute la chaîne logistique. Il cite le port de Singapour comme une référence où l’exportation prévaut. Au port de ce pays asiatique, le niveau de fluidité est un élément clé de sa compétitivité. Sous nos cieux, 90% de nos exportations passent par le port, le Colonel Gningue recommande de booster le rythme des exportations par la réduction des contrôles physiques. En outre, il propose de rendre possible le paiement dans une chaine bouclée par l’entremise de divers opérateurs électroniques.
Pour sa part, l’administrateur général de GAINDE 2000, Ibrahima Nour Eddine Diagne insiste sur la nécessité chez les acteurs de s’approprier l’innovation. Des mutations se profilent pour tous les métiers avec les avancées technologies notamment l’Intelligence Artificielle (IA), renchérit-il.
Dans le même sillage, le directeur général des Douanes sénégalaises, Dr Mbaye Ndiaye est convaincu que pour s’approprier et maitriser les outils, les utilisateurs doivent y recourir au quotidien. Il a détaillé quelques dispositions prises par l’Institution afin de concilier la nécessité de facilitation et l’obligation de contrôle. L’objectif demeure, selon lui, d’améliorer l’environnement des affaires.
Dr Ndiaye indique que depuis cette année, le dispositif GAINDE 2000 est en vigueur à Rosso, Ziguinchor, Sénoba, Kaolack. Il informe que d’ici six (6) mois tous les bureaux de dédouanement vont suivre le pas. Le directeur général des Douanes sénégalaises considère la généralisation de l’obligation d’importation comme une avancée notoire.

Levée des barrières

Le représentant du Conseil National du Patronat, Bassirou Faye suggère à l’équipe de GAINDE 2000 de collaborer avec le reste du tissu pour assurer la dématérialisation intégrale sur toute la chaîne de valeur.
Le président de l’Union Sénégalaise des Entreprises de Transit et de Transport Agréees (USETTA), Etienne Sarr s’est penché sur la levée des barrières par une bonne communication afin d’aboutir à la maîtrise des outils et à la connaissance de leurs avantages par les acteurs. Son souhait est de parvenir au fonctionnement à feu continu au niveau du Port Autonome de Dakar (PAD), c’est à dire au déroulement des activités 24 heures sur 24, 7 jours sur 7.
En réaction, la coordonnatrice générale du Bureau de Gestion de Projets du Port Autonome de Dakar (PAD), Aminata Seydi précise que le Port de Singapour constitue la référence en la matière. Elle est rassurée par le fait que le smart partage des similitudes avec celui de Dakar que sont la position géographique et le génie de son peuple.

Onass Mendy

 

Papa Code NDOYE

http://bie.cciad.sn

Related post

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *