23ème Session des Assises du MEDS : Pour un développement  économique endogène

Le Mouvement des Entreprises du Sénégal (MEDS) a organisé la 23ème session de ses Assises économiques annuelles le jeudi 06 Juin 2024 à Dakar. Les travaux ont ainsi porté sur les voies et moyens de bâtir un développement économique endogène au Sénégal.

Par ce thème de l’économie endogène, le MEDS propose une nécessité de réinventer la croissance, de tropicaliser les standards internationaux, de trouver de nouvelles stratégies de développement et de politiques commerciales eu égard au contexte économique et la situation géopolitique de l’heure et enfin mettre en place de nouveaux mécanismes de financement de notre développement.
« Le Président de la République Bassirou Diomaye Faye est venu au pouvoir avec un concept fort intéressant pour le secteur privé : l’économie endogène », a indiqué Mbagnick Diop, le président du MEDS.

Plaidoyer pour le secteur privé

Le constat de Monsieur Diop est que la croissance des dernières décennies n’a pas été endogène. « Le secteur privé Sénégalais a toujours été le parent pauvre des politiques publiques au Sénégal, son apport est difficilement quantifiable », s’est-il désolé.
Le président du MEDS a ainsi plaidé pour un accompagnement conséquent du secteur privé national afin qu’il puisse tirer profit des opportunités offertes à travers les grands projets de l’Etat. . .
« L’action gouvernementale s’adosse globalement dans l’endogénéité qui ne saurait être traduite par un repli sur soi, mais par une préférence nationale avec une réelle dose d’ouverture », a souligné le ministre de la Fonction Publique Olivier Boucal, qui représentait l’Etat du Sénégal.

Souveraineté économique

Il a ainsi promis une analyse qui portera sur le rôle de l’Etat, interventionniste ou abstentionniste, et celui du secteur privé (national et international) à travers une vision nouvelle, conciliante et objective, avec comme seul bénéficiaire, le Sénégalais, a-t-il expliqué.
Il s’agira donc de poser un diagnostic lucide sur l’idée de souveraineté économique avec toutes ses déclinations allant de la monnaie à la finance, de l’artisanat à la culture, de l’industrie au numérique, de l’alimentaire à l’humain, entre autres.
« Avec la très proche exploitation des ressources pétrolières et gazières, une approche nouvelle s’impose », a déclaré le ministre Olivier Boucal.
En raison de ses multiples richesses, diverses et variées, le Sénégal est, à son avis, en mesure de bâtir une économie endogène basée sur un écosystème favorable avec une démocratie exemplaire, un Etat protecteur et un secteur privé entreprenant. Les atouts sont réels et la volonté politique existe, a rassuré le ministre.

Préférence nationale

« Le thème de ces Assises du MEDS est vital pour notre pays », a fait remarquer le ministre de la Formation Professionnelle Amadou Moustapha Ndieck Sarré.
Le thème entre en droite ligne avec les objectifs du « Projet », le référentiel de la politique des nouvelles autorités du pays.
« Il temps que l’essentiel de l’économie du pays revienne aux Nationaux », a-t-il déclaré. En lieu et place de la réexportation des bénéfices à l’extérieur, il faut faire en sorte que les membres du secteur privé local deviennent les principaux acteurs de l’économie nationale, a-t-il affirmé.
Pour sa part, le Docteur Pape Demba Thiam, entrepreneur et économiste international, qui a prononcé la leçon inaugurale, a invité les autorités de l’Etat à mettre l’accent sur l’industralisation qui renvoie à la production massive.
Le spécialiste en développement industriel suggère de construire des centres de croissance multipolaires. Cette stratégie devrait permettrre de mieux accompagner les acteurs de l’économie informelle pour un développement endogène.

 Joseph SENE

 

 

Papa Code NDOYE

http://bie.cciad.sn

Related post

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *