Tribune de la Banque Mondiale : Cinq raisons de saluer l’arrivée du BRT

La Banque Mondiale a produit une tribune sur la pertinence du Bus Rapid Transit (BRT) à Dakar, le mercredi 6 décembre 2023. Ledit document est signé par le vice-président de la Banque mondiale pour l’Afrique de l’Ouest et du centre, Ousmane Diagana, le vice-président pour les infrastructures Guangzhe Chen et le vice-président régional de la Société financière internationale (IFC), Sérgio Pimenta. L’objectif est de montrer l’impact positif de ce moyen de transport en commun sur la vie des Dakarois. Les experts ont mis en exergue « cinq raisons de saluer l’arrivée du BRT ».

La première raison brandie par les experts est la qualité du service. En effet, 320.000 passagers pourront voyager confortablement et en sécurité. Le BRT permettra aux habitants de la périphérie d’accéder à 170.000 emplois. Mieux, 59% des postes offerts à Dakar seront désormais accessibles en une heure maximum.
La deuxième raison a trait à la rapidité. Les Dakarois pourront voyager en moins de temps. Cela va diminuer le nombre de véhicules sur la route et par la même occasion faciliter l’accès au centre-ville à partir de la périphérie en 45 minutes.

Exemple pour la région et le reste du monde

La troisième est la réduction de la pollution et des émissions des Gaz à Effet de Serre (GES). Une diminution de 1,2 million de tonnes de GES est prévue sur 30 ans, soit l’équivalent de 260.000 voitures en moins sur la route. En outre, Dakar va disposer de ses premières pistes cyclables. Installées le long des voies réservées aux bus, celles-ci comporteront des aménagements paysagers, notamment des arbres et une couverture végétale, propres à combattre le réchauffement climatique.
L’autre élément positif, d’après les experts de la Banque Mondiale, est que le BRT-Dakar servira de modèle pour des projets similaires. Il contribuera à améliorer les réseaux de transports dans la région et dans le reste du monde. Le BRT constitue une solution intéressante pour les villes désireuses de se doter d’un réseau de transport collectif de haute qualité, malgré des ressources limitées en temps et en finances.

Recours au PPP

Le dernier élément favorable à l’adoption du BRT est la mobilisation des capitaux privés et de partenariats. Le développement de ce moyen de transport à Dakar confirme l’intérêt d’impliquer des partenaires divers dans la réussite de tels projets.
Il a été rendu possible grâce à la synergie entre la Banque Mondiale, la Banque Européenne d’Investissement, la Société Financière Internationale (IFC), l’Agence Multilatérale de Garantie des Investissements (MIGA), l’Etat du Sénégal et le secteur privé. Un financement privé de 144 millions de dollars, issu d’un partenariat public-privé (PPP) mis en œuvre avec l’aide d’IFC, a ainsi permis l’électrification des bus.
En somme, le système BRT dakarois va améliorer la qualité des transports, réduire le trafic automobile et la pollution, servir d’exemple pour d’autres villes et encourager le recours à l’investissement du secteur privé.

Onass Mendy (Stagiaire)

Papa Code NDOYE

http://bie.cciad.sn

Related post

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *